Serre_orchidees_JBM_estompe.jpg

CULTURE ABSTRACT

La plupart des orchidées sont cultivées en pot. Pour une culture adéquate de ces plantes épiphytes en pot, il est important de les cultiver dans un substrat qui leur offrira une bonne aération ainsi qu’une bonne rétention de l’humidité selon le type d’orchidée.

Pour une bonne croissance, veiller à choisir un emplacement adéquat en termes de luminosité, température, humidité et ventilation selon leurs besoins.

L'éclairage exigé varie selon les genres. Un bord de fenêtre, une étagère avec un éclairage artificiel, une serre sont des exemples d’endroit ou d’installations pour la culture.

Porter attention quotidiennement à la présence d’insectes, de maladies afin de prévenir des infestations pouvant  causer souvent des pertes. Garder l’aire de culture propre ainsi que tout ce qui concerne les matériaux de culture (pot, tuteurs, sécateurs etc…).

Plusieurs paramètres sont à considérer pour la culture:

TEMPÉRATURE

La température est un facteur important dans la culture des orchidées, elle influencera la croissance et la floraison de celles-ci. On peut les regrouper en 3 groupes de manière générale :

  • Froid (température de jour :15°C à 18°C et 5 à 12°C de nuit)

Cymbidium, Dendrobium australiens, Masdevallia, Maxillaria

  • Intermédiaire (température de jour : 21°C à 24°C et 15°C de nuit)

Stanhopea, Paphiopedilum, Phragmipedium, Oncidium

  • Chaud (température de jour : 24°C à plus et 18°C de nuit)

Phalaenopsis, Vanda, Paphiopedilum, Guarianthe

 

Selon les conditions de votre maison ou celles que vous pouvez leur procurer, vous trouverez celles qui sont le mieux adaptées pour vous.

ÉCLAIRAGE

Toutes fenêtres à l'exception de celles qui donnent plein nord, idéalement sud-est ou sud-ouest. Dans le cas de l’orientation sud-ouest, prévoir un rideau plein-jour pour éviter le plein soleil de l’après midi au printemps et en été.

Les néons de types "cool white" en combinaison avec des néons de type ‘warm white’ sont de bons substituts. Pour un bon éclairage, combiner 4 tubes. La lampe haute pression au sodium ainsi que l’éclairage au ‘Del’ sont des types d’éclairage de choix.

PHOTOPÉRIODE

La photopériode est un facteur déterminant qui influencera les cycles de croissance et de reproduction. Comme la plupart des orchidées cultivées dans nos maisons proviennent de la zone tropicale et sub-tropicale, elles se situent à l’Équateur et ses environs. Donc une photopériode stable de 12 heures de lumière le jour et 12 heures de lumière la nuit environ leur conviendra. Vous pouvez donc ajuster vos minuteries, de septembre à janvier à 12h jour et 12h nuit pour la période hivernale qui correspond souvent à la période de floraison.

Pour la période de croissance qui est de février à août, 14h de lumière le jour et 10h la nuit.

Les plantes cultivées sur un rebord de fenêtre auront de façon naturelle un changement de la photopériode.

ARROSAGE

La qualité de l’eau est importante. Plusieurs orchidophiles emploient de l'eau distillée (filtrée par osmose inverse) ou de l'eau de pluie, on peut aussi utiliser l'eau du robinet à la température de la pièce qu’on aura laissé reposer pour laisser le chlore s’évaporer. Vous pouvez faire analyser votre eau provenant de votre aqueduc ou de votre puits artésien afin de déterminer son Ph et sa composition en sels minéraux afin de déterminer si elle convient à vos plantes.

L’arrosage s’effectue en saturant le substrat pour obtenir un substrat uniformément humide. On le fait au besoin, selon vos conditions de culture (température, humidité, éclairage) et de l’état de la plante (croissance, floraison, au repos, etc). La fréquence variera selon les conditions de culture, type de substrat, grosseur de la plante et stade de croissance ou de reproduction. Un arrosage par semaine sera suffisant pour certains alors que ce ne sera pas assez pour d’autres.

Pour les plantes en pots de petites et moyennes grosseurs, soupeser le pot afin de déterminer si la plante doit être arrosée selon son poids. Pour les plantes en pot de plus gros calibre, creuser avec le doigt en surface afin de déterminer le taux d’humidité du substrat.

HUMIDITÉ

Pour de petites quantités de plantes, on peut utiliser de petits bacs ou plateaux dans lesquels on mettra du gravier et de l'eau, de façon à ce que les pots ne touchent pas l'eau, ou encore installer un humidificateur à proximité. Pour un plus grand nombre de plantes, on peut construire un abri (une tente) en polythène dans lequel on met un humidificateur et un ventilateur.

Un taux de 60% d’humidité convient à la plupart des orchidées. Certaines comme les Masdevallia nécessiteront davantage (75% à 85%).

VENTILATION

Il est important de procurer de la ventilation dans un milieu de culture pour permettre au feuillage de s’assécher avant la tombée du jour afin de prévenir les maladies fongiques.

PH

Il est constitué d’une échelle de 1 à 14; 1 étant très acide, 7 neutre et 14 très basique.

Le Ph du milieu de culture est important. Il déterminera si le sol est acide, neutre ou basique(alcalin) et aussi quels éléments minéraux seront disponibles et assimilables par la plante.

Une grande proportion des orchidées demande un Ph situé entre 5.5 et 6.5 tandis que d’autres (Paphiopedilum entre autres) demandent un Ph variant de 6.5 à 8.5. Ceux-ci poussent, pour la plupart des espèces, sur des falaises calcaires riches en minéraux.

Une plante empotée dans un substrat qui a un mauvais Ph ne pourra assimiler les minéraux nécessaires à sa croissance puisque ceux-ci ne seront pas disponibles à cause des propriétés chimiques du sol. Elle souffrira de carences, sera plus vulnérable aux maladies et insectes et finira par mourir.

Pour obtenir un substrat acide ou basique, utiliser ou incorporer ces matériaux :

  • Matériaux acidifiants : mousse de sphaigne, copeaux d’écorce, Orchiata.

  • Matériaux neutres : laine de roche (hydrophobe et hydrofuge) perlite, hydroton

  • Matériaux basiques (alcalins): charbon de bois, écaille d’huitre, chaux dolomitique

FERTILISATION

Outre les substrats à base de mousse de sphaigne, la plupart des mélanges ne retiennent que peu d’engrais disponible aux racines entre les arrosages. Une fertilisation avec une forte concentration d’engrais une fois aux 2 semaines ou une fois par mois, serait du gaspillage puisque la majeure partie de l’engrais se retrouvera au sol ou au drain et une forte concentration risque de brûler des racines.

Le principe est de fertiliser à tous les arrosages avec une faible concentration d’engrais dilué (100 à 150 ppm) et d'arroser à l’eau claire une à deux fois par mois afin de lessiver l’accumulation de sels minéraux dans le substrat.

On utilisera, en croissance, un engrais plus fort en azote, au printemps (ex :10-4-3). En été, un engrais balancé (ex : 21-5-20) et en automne, un engrais plus fort en potassium (ex : 12-0-44) en alternance avec un engrais balancé.

ENGRAIS

La formulation des engrais est composée de trois chiffres. Le premier représente l’azote, le second, le phosphore et le dernier, le potassium.

Selon le type d’azote utilisé dans la formulation (NH4 ou NO3) l’engrais sera acidifiant ou basifiant, ce qui fera monter ou descendre le Ph de votre substrat.

Le 20-20-20, le 21-5-20 sont des engrais acidifiants.

Le 15-5-15, le 12-2-14 sont des engrais basifiants.

Un apport en chaux dolomitique fera monter le Ph tout en faisant un apport en calcium et magnésium. 

 

Les formulations d’engrais mentionnées ci-haut sont à titre d’exemples. Vérifiez auprès de vos fournisseurs locaux de leur disponibilité.

MATÉRIAUX DE CULTURE

La granulométrie des matériaux composant le mélange pourra varier selon le type de plante, les besoins en eau/humidité au pourtour des racines. Règle générale, plus la granulométrie est fine, plus le substrat restera humide, idéal pour les plantes à racine de petit calibre et celles aiment l’humidité. Cependant la fréquence des rempotages sera plus grande étant donné qu’un mélange retenant l’humidité se décomposera plus vite. Une granulométrie moyenne à grosse, selon la grosseur des racines, favorisera une bonne aération et un assèchement rapide et prendra plus de temps à se décomposer. L'état de décomposition du milieu déterminera quand il faut rempoter. Certaines plantes, demandant plus d’humidité, pourraient être rempotées tous les ans. Les autres, ça pourrait être aux 2 ou 3 ans.

 

Les principaux matériaux utilisés pour la confection de mélanges :

Orchiata (copeaux d’écorce de Pinus radiata, torrifié), copeaux d’écorce de Sequoia, perlite expansée (sponge rock), mousse de sphaigne, Hydroton (boulettes d’argile) et charbon de bois et laine de roche (hydrophobe et hydrofuge).

Mélange à base de copeaux d'écorce

  • deux parts de copeaux d’écorce

  • une part de perlite (sponge rock)

  • une demi-part de charbon de bois

C’est un mélange qui procure un bon drainage, il est bon pour les Cattleya, Dendrobium, entre autres.

Mélange à base de mousse de sphaigne

  • deux parts de mousse de sphaigne

  • une à deux parts de perlite (sponge rock)

  • une demi-part de charbon de bois

C’est un mélange qui va retenir l’humidité, il est bon pour les Bulbophyllum, les Phalaenopsis, entre autres.

POTS

Au moment du rempotage, assurez-vous d’enlever tout le vieux substrat autour des racines, faire un nettoyage des racines en coupant celles qui sont sèches ou pourries avec un outil stérile. Toujours choisir un format de pot en fonction de la masse de racines, soit un peu plus grand que celle-ci.

Pour le choix du pot approprié, il en existe une vaste gamme sur le marché:

Types de pots

  • pots de type ‘Standard’ : la hauteur du pot sera plus grande que sa largeur.

  • pots de type ‘Azalée’ : la hauteur du pot est proportionnelle à sa largeur.

  • pots de type ‘Pan’ : la hauteur sera plus basse que sa largeur. 

Les pots de type standard draineront le substrat plus rapidement que ceux de type ‘Azalée’ et encore plus que ceux de type ‘Pan’.

Plastique (polypropylène)
  • disponibles sous forme carrée ou ronde dans les 3 types décrits ci-haut.

  • certains, adaptés à la culture des orchidées, seront pourvus de fentes ou de trous sur les  côtés, favorisant l’aération du système racinaire.

  • ils retiennent l’eau et l’humidité.

Terre cuite
  • disponibles sous forme ronde dans les 3 types mentionnés ci-haut.

  • certains, adaptés à la culture des orchidées, seront pourvus de fentes ou de trous sur les  côtés, favorisant l’aération du système racinaire.

  • par la matière qui est poreuse, ils assurent un assèchement plus rapide.

Paniers de lattes de bois
  • disponibles sous formes octogonales ou carrées dans différents formats

  • bons pour les Vandacées ainsi que pour les plantes qui nécessitent de sécher rapidement.

Paniers de broche
  • disponibles en différents formats et de formes généralement rondes ou en demi-lunes.

  • utiliser de la fibre de noix de coco sur les parois afin de retenir le substrat

On favorisera l’utilisation des pots de plastique pour les plantes qui aiment l’humidité au niveau des racines et qui préfèrent que le substrat ne sèche pas trop vite entre les arrosages.

Pour les plantes qui nécessitent de sécher complètement entre les arrosages, on optera pour les pots de terre cuite.



TABLEAU DE CULTURE

Tableau_synthese_culture.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

LÉGENDE

pc : pied-chandelle, unité de mesure de la lumière

Arrosage et fertilisation (au besoin)

A. fertilisation à tous les arrosages au quart de la dose avec du 10-4-3 en tout temps, en alternant, de juin à la fin octobre, une fois sur 2 avec du 15-5-15 ou 15-30-15 pour un apport en calcium et magnésium. De août à octobre, une fois par mois, en plus des autres engrais, fertiliser avec du 12-0-44 pour un apport en potassium. Arroser à l’eau claire une à 2 fois aux 3 semaines afin de lessiver les sels minéraux qui s’accumulent dans le mélange.

 

B. fertilisation à tous les arrosages au quart de la dose avec du 15-5-15 en tout temps, en alternant, de juin à la fin octobre, une fois par mois avec du 10-4-3. De août à octobre, une fois par mois fertiliser avec du 12-0-44 pour un apport en potassium. Arroser à l’eau claire une à 2 fois aux 3 semaines afin de lessiver les sels minéraux qui s’accumulent dans le mélange.

 

C. Ajout de chaux dolomitique ou d’écailles d’huitres en surface des pots pour un apport en calcium et magnésium et augmenter le ph du mélange. Il est important de se référer aux notes de culture de chaque espèce afin de déterminer lesquels auront besoin d’un tel apport.

 

D. Les Phragmipedium sont des plantes sensibles à la qualité de l’eau, aux excès de sels minéraux et engrais. Les pointes des feuilles et même les jeunes feuilles brunissent. Assurer une bonne ventilation pour prévenir la pourriture. Éviter l’accumulation d’eau aux aisselles des feuilles et dans le cœur.

E.  Bien laisser sécher entre les arrosages et bien ventiler, sensibles aux maladies fongiques.

Température

  • Chaude : Température de jour : 24 à 28°C  Température de nuit 18°C

  • Intermédiaire : Température de jour : 21°C   Température de nuit : 15°C

  • Froide : Température de jour : 18°C  Température de nuit : 10 à 12°C